La Station Spatiale Internationale

Depuis l’aube des temps, l’Homme a toujours regardé le ciel d’un oeil circonspect. Inquiétude, curiosité, mais surtout envie, voilà tout ce qu’inspire l’immensité de l’espace à l’humanité. Un jour, suffisamment évolué et lassé d’attendre, et aussi pressé de conquérir un territoire nouveau (pour en avoir une plus grosse que les autres, et je parle pas de la taille de), on a envoyé des animaux puis des hommes découvrir l’incroyable vide au dessus de nos têtes. Et comme c’était intéressant, on a décidé de créer une (très grande) résidence secondaire en orbite autour de notre belle Terre ! Enfin, juste une résidence secondaire ? Peut-être pas..

 

1. C’est quoi une station spatiale internationale ?

L’ISS, ou International Space Station (traduit par Station Spatiale Internationale, si vous êtes VRAIMENT nul en anglais), est née de la collaboration de 14 pays à travers le monde : Etats-Unis (NASA), Japon (JAXA), Russie (Roscosmos), Canada (CSA) et Europe (ESA), chacune des plus grandes agences spatiales de la planète a tenu à participer à ce projet colossal. Et colossal est le mot juste selon moi. Ce monstre de technologie grand comme un terrain de football américain (100m*50m, soit 5000m²) a tout de même nécessité plus de 40 vols pour être entièrement construit, soit un budget total estimé à plus de 150 milliards de dollars. Soit environ 5000 Tour Eiffel ou 75 Jocondes. Oui, la Joconde a été estimée à 2 milliards de dollars. Not bad. Mais revenons au sujet.
 

 
Il faut savoir qu’une équipe de 6 astronautes venus des 4 coins du monde vit continuellement là-haut, et ce, depuis Novembre 2000. Et on héberge pas 6 adultes dans une chambre de bonne.. Alors il y a bien sûr énormément de modules techniques qui ne sont accessibles que de l’extérieur du vaisseau comme les panneaux solaires ou les modules de services qui contiennent surtout du câblage et des lignes de code (je suis pas ingénieure, je ne saurai pas vous expliquer vraiment et ça ne l’est pas vraiment sur le site de la NASA.. Déso.). Mais malgré ça, l’espace de vie et de travail que contient l’ISS est plus grand qu’une maison à 6 chambres. En plus des 6 quartiers pour dormir, elle contient 2 salles de bain, une salle de sport et sa fameuse baie avec une vue à 360° sur la Terre et l’espace. Avoue que t’es jaloux. Le plus beau dans tout ça, c’est qu’en orbitant 16 fois autour de la Terre en 24 heures, les astronautes assistent à 16 levers et couchers de Soleil sur la Terre chaque jour. Et ça envoie du pâté.. Mais avec tout ce qu’ils ont à faire, pas sûre qu’ils en voient beaucoup..

 

2. Pourquoi une station spatiale internationale ?

Soyons clairs, on ne dépense pas autant de temps et d’argent dans un projet sans avoir de retombées derrière. Technologie, biologie (humaine et non-humaine), biotechnologies, physique, astrophysique, éducation, développement commercial, tous y gagnent avec la Station Spatiale Internationale. Pour vous donner une idée, MERLIN, le laboratoire de microgravité à bord de la station a déjà abrité pas moins de 2400 expériences depuis son lancement en Octobre 2008. Sachant que c’est un des laboratoires les plus récents de l’ISS. Et qu’elle peut accueillir 20 laboratoires supplémentaires simultanément grâce à ses modules externes. Je peux aussi vous parler de l’analyse des particules en haute atmosphère terrestre qui est une autre mission de l’ISS, ou des visio-conférences données chaque jour par les astronautes depuis l’espace pour des élèves du monde entier.. Autant dire que ça ne chôme vraiment pas. Mais ça ne chôme pas non plus sur Terre. Pour le confort des astronautes, et pour réduire un maximum les coûts de maintenance, les ingénieurs encore au sol doivent innover chaque jour ! Aliments déshydratés, couches, détecteurs de fumée, outils sans fils, semelles de chaussures, sont autant d’objets devenus banals pour nous et qui pourtant n’étaient à la base destinées qu’aux astronautes !
 
Le Russe Yuri Malenchenko, le Japonais Aki Hoshide et l’Américaine Sunita Williams réalisant quelques pas de danse à bord de l'ISS. © Nasa / Futura-Sciences
 
Maintenant, certains diront que ça reste beaucoup d’argent pour des retombées qui, au final, seraient tout de même arrivées mais plus tard dans l’histoire de l’humanité, et qu’on aurait pu utiliser cet argent autrement. Mais je vais vous donner mon avis. 150 milliards de dollars, c’est vraiment beaucoup d’argent et nous autres simples du peuple ne pouvons pas vraiment savoir ce que ça vaut réellement. Mais les retombées scientifiques sont gigantesques ! On comprend mieux l’espace qui nous entoure, la physique du vide spatial, le comportement d’êtres vivants confrontés à la microgravité, les améliorations à apporter à nos satellites pour qu’ils soient plus résistants, et avant toute chose, on a un pied constant dans l’espace ! Imaginez qu’un satellite en orbite autour de la Terre subisse des défaillances techniques. Deux solutions s’offrent à vous : le réparer, ou l’abandonner. Le réparer coûterait une fortune si vous deviez relancé une fusée pour y aller ! Mais ça coûterait aussi une fortune de l’abandonner et d’en créer un nouveau si ses technologies sont encore de pointe.. Et l’ISS offre une troisième solution. Bah oui, les astronautes sont aussi là pour réparer la station ou tout autre satellite en orbite autour de la Terre qui aurait besoin d’une réparation. Donc même si elle a coûté chère, elle fait économiser pas mal d’argent dans la course à l’espace et permet un développement technologique et scientifique très important, qui selon moi n’aurait pas vu le jour sans cela.

 

3. La fin de la station spatiale internationale ?

Attends, tu te moques du monde Meska ! Tu viens de dire que c’est génial, que ça vaut le coup et maintenant tu dis qu’on l’abandonne ? Vas-y je me casse d’i.. – Calme-toi jeune gourgandin et laisse-moi t’expliquer !
 
Malheureusement, certains en sont venu à évoquer la fin de la Station Spatiale Internationale.. et même à l’acter. Les premiers à sauter du navire ? L’administration Trump (évidemment). Et comme le gros poisson (celui qui ouvre son portefeuille le plus grand) s’en va, les autres abandonnent aussi. En 2024-2025, la Station Spatiale Internationale sera soit désorbitée, soit vendue. Et à priori, la seconde option n’aurait presque aucune chance de se produire, l’ISS étant bien trop chère à entretenir. Du coup, désorbitation. Et là encore, plusieurs possibilités : on l’envoie loin ou on se l’envoie dessus. Si elle est envoyée hors du champ de gravitation de la Terre, elle sera perdue l’espace interplanétaire.. Mais c’est pas un petit satellite donc ça coûterait super SUPER cher des manœuvres comme ça. Et entre 400 km d’altitude (position actuelle) et 1200 km (possible future position), il y a un énorme champ de débris et de satellites. Eviter un objet semble donc compliqué.. Alors on enverrait l’ISS sur la Terre ? Oui. On la sépare en plusieurs parties et on calcule bien pour l’envoyer se crasher dans l’océan Pacifique (si elle résiste à son voyage dans l’atmosphère). Une erreur et les modules risqueraient de tomber sur des zones habitées. Gloups. FLY YOU FOOLS !
 
La rentrée destructive de l'ATV-1 (Véhicule de Transfert Automatique) Jules Verne en septembre 2008. © ESA / Futura-Sciences
 
Mais en fait, si l’ISS est réellement abandonnée, elle le serait au profit d’une station plus grande mais surtout plus loin de la Terre. Ce nouveau bijou de technologie porterait le doux nom de LOP-G (démerde-toi pour le prononcer) qui signifie Lunar Orbital Platfrom-Gateway. C’est moche. Mais il permettrait à la conquête spatiale de faire un pas en avant et d’avoir ses quartiers un peu plus près du gros objectif de tout bon rêveur : MARS. Le prémice des voyages habités vers des destinations lointaines se créerait en 2024 ? Le futur nous le dira..

 

4. Quelques ‘fun facts’ :

Terminons cet article en beauté avec quelques petites anecdotes bien sympatoches.. 🙂

  1. Le record de séjour le plus long dans l’espace est détenu par une américaine, Peggy Whitson, et s’élève à 665 jours.
  2. Depuis Décembre 1998, les astronautes ont réalisé plus de 205 sorties dans l’espace. Je m’attendais à plus..
  3. Les panneaux solaires font la taille du plus grand avion de passagers du monde, l’Airbus A380 (env. 73 mètres).
  4. On met six heures à parcourir les 408 km qui sépare l’ISS de la Terre.
  5. La station parcourt chaque jour l’équivalent d’un aller-retour de la Terre à la Lune (env. 770 000 km).
  6. Lorsque la lumière du Soleil se reflète sur les panneaux solaires de l’ISS, on peut la voir même en plein jour et même dans une grande ville. vous pouvez d’ailleurs suivre sa position sur le site : https://iss.destination-orbite.net/live.php
Sources :

Source 1 : L’ami Wiki
Source 2 : Bah.. le site de l’ISS (par la NASA)
Source 3 : Futura-Sciences
Source 4 : Philips

Laisser un commentaire